Lors de ces deuxièmes rencontres nationales, deux types de stratégies ont été évoqués pour constituer une commune nouvelle. D’abord, la volonté des élus de développer leurs capacités d’action financières, humaines et techniques pour mettre en oeuvre leur projet de territoire ou, au minimum, de préserver les services publics. Ensuite, l’adaptation à l’évolution des périmètres des intercommunalités et de leurs compétences ainsi qu’à la réforme plus vaste de l’organisation territoriale (loi NOTRe).

La Commune nouvelle : un moyen pour l’avenir, et pour continuer d’exister dans une intercommunalité aux contours élargis :

« Parmi les acquis de la commune nouvelle figurent notamment la capacité à peser plus lourd dans le dialogue avec l’échelon intercommunal qui évite aux petites communes d’être noyées dans un grand ensemble et l’amélioration des services à la population. » Christian Gillet, président du conseil général du Maine-et-Loire

Le Projet de territoire au cœur de la commune nouvelle : les élus des communes concernées par le projet sont tout à fait d’accord avec cet argumentation de Philippe Chalopin, Maire de la Commune Nouvelle de Bauge-en-Anjou :

« Nous avons fait une commune nouvelle parce que nous avions des projets de développement du territoire et pas seulement pour éviter une baisse des dotations. Si vous n’avez pas de projet, inutile de faire une commune nouvelle », explique Philippe Chalopin. Et, de fait, les maires des communes nouvelles venus témoigner ont engagé une démarche de regroupement pour maintenir ou lancer des projets qui n’auraient pu exister autrement. Par exemple, la commune nouvelle de Voulmentin (1 120 habitants) a ainsi pu préserver la gestion de la voirie et des activités sportives auparavant assurée par deux syndicats « que la réforme territoriale nous imposait de fermer », raconte sa maire, Martine Chargé-Baron. À Baugé-en-Anjou, la commune nouvelle a permis de conserver des écoles et des classes ouvertes dans des petites communes déléguées qui auraient dû les fermer ; en 2015, elle permettra de réaliser une maison médicale pluridisciplinaire. Thizy-les-Bourgs a pu lancer un Agenda 21 et dans la totalité des communes nouvelles des services publics et des équipements ont été maintenus, renforcés ou créés.

0 135